Single Post Template

Pourquoi choisir l’intervention à distance pour votre enfant?

Pourquoi choisir l’intervention à distance pour votre enfant?

Que veut dire ce mot associant le préfixe « télé » évoquant la technologie au mot « orthophonie » ?

Au Québec, la télésanté est définie, depuis 2005, dans la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSSS) : On entend par « services de télésanté » une activité, un service ou un système lié à la santé ou aux services sociaux, pratiqué au Québec, à distance, au moyen des technologies de l’information et des communications, à des fins éducatives, de diagnostic ou de traitement, de recherche, de gestion clinique ou de formation. Toutefois, cette expression ne comprend pas les consultations par téléphone (L.R.Q., chap. S-4.2, art. 108.1.). 

La téléorthophonie s’inscrit dans ce type de services, proposant des suivis orthophoniques à distance, par webcam, soit par l’application Skype, Google Hangout ou par des plateformes spécialisées.

Pour ma part, j’ai découvert la télésanté dans le nord de l’Ontario en 1995. Immigrante fraîchement arrivée d’Europe, à ma grande surprise, j’ai pu assister un matin à une consultation en pédopsychiatrie avec un patient et sa maman, installés dans un local avec un grand écran, et le pédopsychiatre en direct sur cet écran, alors que son bureau était dans la région de Toronto (500 kms).

La précision du son et de l’image était excellente. Skype n’existait pas encore, ni Facebook, ni les médias sociaux… La consultation a été efficace et très plaisante. Toute une découverte pour moi !

Suite à cette découverte, quelques années plus tard, j’ai pu organiser une conférence par un spécialiste de la télémédecine, pour les étudiantes du cours que je donnais à l’Université d’Ottawa. Nous avons effectué quelques essais sur des ordinateurs, internet était maintenant dans nos vies. L’idée de la téléorthophonie était déjà en ébullition, en tous cas en Ontario ; j’ai découvert plus tard que le CHU Sainte-Justine à Montréal s’était déjà posé la question plusieurs années auparavant de la téléorthophonie pour desservir les populations autochtones au nord du Québec ainsi que les patients adultes aphasiques.

Du fait de mes conditions de travail, auprès d’enfants déménageant à l’étranger (parents militaires ou diplomates), j’ai été amenée à regarder plus précisément concrètement comment assurer le suivi de la prise en charge.

Après quelques essais, très vite le constat était positif : mes patients pouvaient continuer à recevoir leurs soins orthophoniques. Depuis, je continue mes prises en charge à distance, et il m’est même arrivé de commencer avec un nouveau patient expatrié français vivant en Asie, sans que nous ne nous soyons rencontrés en personnes.

De mon côté, cela exige une préparation certaine, d’avoir des documents et du matériel numérique, et de bien connaître mon outil de téléconférence.

Pour que la prise en charge soit un succès, il convient de maîtriser plusieurs points :

  • Technologie et logistique : s’assurer d’avoir une vitesse Internet appropriée et un ordinateur adéquat.
  • Lieu de la séance : s’assurer d’installer votre jeune dans un endroit calme ou il ne sera pas déconcentré.
  • Support parental : s’assurer d’être là en cas de problème technique et pour comprendre ce qui est fait à distance.
  • Accès : la simplicité de Skype nous permet un accès facile tout en ayant des fonctionnalités nous permettant de partager des documents, des photos et l’écran de notre ordinateur.
  • Transfert de documents : des documents de travail peuvent être envoyés à l’avance ou au début de la rencontre. S’assurer de s’installer un peu d’avance pour être bien préparé au début de la séance.
  • Gestion selon l’âge et la pathologie : selon l’âge et la pathologie, différentes installations sont possibles.
  • Les lois : certains pays légifèrent de façon restrictive l’exercice de l’orthophonie et le titre d’orthophoniste, en fonction du lieu d’habitation du client.

Les enfants et les adolescents sont très à l’aise avec le phénomène « webcam ». Des réticences éventuelles viennent plutôt du côté des parents, avant un premier essai.

Souvent, les patients adolescents vont me répondre à l’oral et à l’écrit en même temps, car l’outil de webcam le permet et ils fonctionnent ainsi lors de leurs conversations virtuelles avec leurs amis. C’est formidable, j’ai deux fois plus de répondant pour rebondir que si nous étions en face à face !

Le lien qui se tisse est fort. Les séances sont efficaces et productives. Rares sont les oublis !

J’apprécie toujours ces rendez-vous virtuels. C’est fascinant de saluer son patient à 7h00 du matin chez moi alors qu’il est 19 h00 chez lui et que j’entends les grillons chez lui alors que chez moi, au Québec, il neige…

Géraldine Robache-Wickert
Orthophoniste
APiO

Soumettre un commentaire

Vous souhaitez suggérer des jeux éducatifs pour les enfants à besoins particuliers?

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour ajouter un favori de ce contenu.

Abonnez-vous à l'infolettre!

Pour aider votre enfant, une petite victoire à la fois!

Cette information ne sera pas partagée à des tiers.