Single Post Template

Lire des histoires : un moyen de créer de l’intimité et du plaisir

Lire des histoires : un moyen de créer de l’intimité et du plaisir

Consacrer chaque jour une quinzaine de minutes à faire la lecture à son enfant fait rapidement de cette activité une source de plaisir. Des recherches montrent l’importance de faire la lecture à son entant dès les premiers mois de sa vie pour lui donner le goût de cette activité. On peut aussi profiter de cette période pour jouer avec l’enfant, l’embrasser, lui parler, chanter, rire, etc. Bref, il importe qu’il associe au plaisir cette période de la journée où le livre occupe une place importante.

Deux spécialistes québécoises2 ont précisé les caractéristiques des histoires ou des récits qui donnent aux enfants le goût de la lecture. Ces histoires :

  • les renseignent sur leur environnement et leur vie de tous les jours ;
  • présentent des personnages qui leur ressemblent ;
  • personnifient des animaux, des jouets ou des objets ;
  • relatent des situations qui leur rappellent leur propre vie ;
  • s’inspirent de films ou d’émissions de télévision qu’ils aiment ;
  • sont drôles et finissent bien ;
  • sont fantastiques, mystérieuses, etc.

La plupart des livres d’histoire comportent une ou plusieurs de ces caractéristiques. Il est toutefois important que les parents choisissent des livres dont le vocabulaire est varié et de qualité. Voici maintenant quelques conseils pour que l’enfant trouve de l’intérêt et du plaisir à se faire lire des histoires :

  • On lui montre les illustrations en même temps qu’on lui raconte l’histoire
  • On n’hésite pas à s’exprimer de façon vivante, en modulant le ton de la voix en accentuant certains mots, en imitant le bruit des animaux et de certains objects, etc.
  • On exprime des sentiments de plaisir, de peur ou de colère en lisant. Cela aide l’enfant à mieux les exprimer et, surtout, il se rend ainsi compte que la lecture est collée à la vie, à la sienne en particulier.
  • On lit l’histoire à une vitesse normale en le faisant participer activement à la lecture ; en lui demandant, par exemple, d’imaginer la fin de l’histoire, de dessiner ou de mimer un épisode, etc.
  • On demande à l’enfant de décrire les images et de raconter l’histoire à partir de quelques indices.
  • On interrompt la lecture et on demande à l’enfant d’anticiper ce qui suit. On valorise ses bonnes idées et son imagination.
  • On arrête de lire quand on voit que l’enfant n’écoute plus. On suscite sa participation en lui posant des questions sur l’histoire. On n’insiste pas s’il n’est pas attentif.
  • On réserve cette activité à une période précise de la journée, par exemple avant le coucher. Cette activité est perçue comme un rituel qui le sécurise et qui est source de plaisirs.

>> Lire la suite – La lecture : quand l’enfant fréquente l’école

Germain Duclos
Psychoéducateur et orthopédagogue
Auteur aux Éditions CHU Sainte-Justine
Source : Guider mon enfant dans sa vie scolaire

2 Giasson, J. et J. Thériault, Apprentissage et enseignement de la lecture. Montréal : Éditions Ville-Marie, 1983, p. 283.

Soumettre un commentaire

Vous souhaitez suggérer des jeux éducatifs pour les enfants à besoins particuliers?

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour ajouter un favori de ce contenu.

Abonnez-vous à l'infolettre!

Pour aider votre enfant, une petite victoire à la fois!

Cette information ne sera pas partagée à des tiers.